Créativité et loisir

Comme je l'ai dit dans un article précédent, je suis nulle. C'est un fait, mais pourquoi en faire tout un plat ? Je vis très bien ma nullité relativité générale, alors pourquoi pleurer sur ma nullité en écriture et en dessin au point de déclarer officiellement que j'arrête tout ce qui est créatif ? Petite mise au point sur tout ça dans cet article.

Mon Arbiter me disait que je me compare trop aux autres, et que je suis trop attachée au résultat, et que c'est pour ça que je déprime à être aussi nulle. Je pense que ce n'est pas comme ça comme ça que ça marche, mais il n'est pas tombé loin.

Je ne parlerai pas de ma nullité dans les domaines professionnels, il n'y a pas vraiment besoin d'être douée pour quoi que ce soit quand on est caissière ou quand on fait ce que je fais en thèse (la première occupation étant plus intéressante que la seconde).

Je ne vais parler dans cet article que des loisirs, car c'est principalement là que j'ai un peu de liberté. Jusqu'à il y a quelques jours, je considérais l'écriture, le dessin, la lecture, la programmation, etc, comme faisant partie de mes loisirs.

Loisir et plaisir

Le principe d'un loisir, c'est avant tout de se faire plaisir. Donc si je n'ai aucun plaisir à faire quelque chose, il n'a pas sa place parmi mes loisirs et il doit être remplacé par quelque chose qui me fait (plus) plaisir.

J'aime bien lire une bonne histoire. J'aime bien regarder un bon film ou une belle image. C'est un plaisir personnel et basique, presque égoïste.

Pour une raison que je ne chercherai pas, peut-être liée à mon autodévalorisation ou à mon échelle de valeurs, je place mon propre plaisir beaucoup plus bas que celui des autres. Je préfère de loin donner que recevoir dans ce domaine (ce qui est ce qui m'embête le plus dans ma relation avec mon Arbiter, mais ça ça ne regarde que nous).

Donc le plaisir que j'ai à lire une bonne histoire est copieusement plus fade et plus terne que celui que j'ai à être à l'origine d'une telle histoire qui procure ce plaisir à des lecteurs. C'est pareil pour le dessin, mais je ne vais pas trop en parler parce que je n'en ai pas encore publié ici, donc il n'y a que ceux qui me connaissent bien qui ont déjà apperçu l'étendue de la catastrophe que je suis.

C'est pour ça qu'à l'origine je me suis lancée dans l'écriture et dans le dessin : j'espérais obtenir le formidable plaisir de donner au lieu de me cantonner au pitoyable plaisir de recevoir. Mais il faut voir les choses en face, malgré ma pratique, je ne trouve aucun plaisir dans l'écriture en elle-même. Durant une demie décennie je n'ai écrit que dans l'espoir d'éprouver ce plaisir d'avoir fait plaisir.

Dit comme ça, on voit facilement la faille dans ce système : il faut écrire une bonne histoire. Parce qu'un lecteur confronté à une mauvaise histoire mal écrite, il ne va pas avoir de plaisir à la lire, il va juste s'en débarrasser et passer à quelque chose de meilleur. Du coup, je ne peux pas espérer faire plaisir à qui que ce soit en écrivant une histoire pourrie, et donc je n'en retire moi-même aucun plaisir.

On peut trouver facilement sur internet des gens aussi nuls que moi, voire pire, qui exposent fièrement leurs créations. Ils ont probablement conscience de leur nullité, mais ça ne les gêne pas, parce qu'ils trouvent du plaisir dans l'activité créatrice, indépendemmenet du résultat.

Je suis moi-même comme ça dans certains domaines, par exemple la cuisine. Je suis nulle en cuisine, je ne sais rien faire de très élaboré, mais je suis contente quand je réussis à faire un truc simple dans l'absolu. Tant que c'est mangeable, ça va (du moins pour tous les gens qui ont le malheur d'avoir droit à ma cuisine), donc il n'y a plus que la satisfaction personnelle d'être parvenue à le faire.

Mais pour les loisirs que je pratiquais jusqu'à présent, il n'y a pas ça. Je n'aime pas spécialement écrire. C'est comme marcher, je n'aime pas spécialement marcher, mais je le fais volontiers dans un but donné (que ce soit d'aller d'un point à un autre ou apprécier le calme d'une balade en forêt). Sauf qu'en écriture, je n'attends pas mon but, je tout ce que je sais faire c'est de la merde.

C'est pour ça que je suis attristée par mes résultats pourris. Je ne me compare pas à ce que font les autres, je ne regarde que la façon dont les autres jugent ce que je produis. J'aurais beaucoup aimé pouvoir faire profiter les autres de mes talents en écriture ou en dessin, mais je n'ai pas ces talents, c'est tout.

Je ne demande pas d'être capable d'écrire quelque chose qui vaut le prix Nobel de littérature et qui se vende à quatre milliards d'exemplaires. Je ne demande même pas d'être capable d'écrire quelque chose d'excellent mais faisable comme Les Enfants de l'Ô ou Errant Story. J'aurais juste voulu être capable de faire quelque chose d'assez bon pour des gens aiment me lire. J'aurais juste voulu être capable de faire quelque chose qui vaille la peine de passer du temps dessus.

Mais ce n'est pas le cas. Je suis juste capable de faire des histoires pourries assorties d'une rédaction repoussante. Je suis juste capable de faire des gribouillis affreux. C'est comme ça, c'est la vie. Mes talents et mes qualités (j'en ai sans doute, ils sont juste très bien cachés) ne sont pas là. Tough luck.

Grand ménage de mes loisirs

Forte de cette prise de consicence, j'en suis arrivée à la conclusion que j'ai déjà donnée dans Chassez le naturel... : il faut arrêter l'écriture et tous les autres « loisirs » créatifs qui ne mènent à rien (principalement le dessin et la programmation). Touiller de la merde ne me réussit pas, c'est la vie, il faut faire avec.

Comme cette quête d'offrir du plaisir aux autres par des loisirs créatifs est vouée à l'échec, autant limiter les dégâts et s'en tenir là. Donc au lieu de chercher ce plaisir impossible à atteindre, je vais me cantonner au plaisir de seconde zone, qui arrive directement à moi, sans faire intervenir qui que ce soit d'autre. C'est ce que j'ai eu le malheur de qualitfier de masturbation. Je suis donc retombée dans le jeu vidéo.

Tant que j'étais à passer au crible mes loisirs, je me suis rendue compte qu'il n'y a pas que les loisirs créatifs qui ne m'apportent rien et qui sont donc bons à jeter. Je vais aussi arrêter la lecture, ou plutôt mes ambitions de lecture que je n'ai même pas encore commencé à concrétiser.

Mon problème, c'est que je lis hyper lentement, et que je n'ai aucune endurance (je n'arrive pas à lire plus de 1h30-2h en français, et 1h-1h30 en anglais). J'imaginais naïvement qu'il suffirait de lire plus pour arranger ça, je voulais même mettre en place un graphe public de temps de lecture chaque jour, avec comme objectif premier de ne pas y mettre de zéro, voire plus tard à monter le seuil.

Bien évidemment ce n'est pas aussi facile. Je passe déjà mes journées à lire diverses choses dans divers formats. C'est vrai que ce n'est pas de la littérature, mais ce n'en est pas moins de la lecture. Je dois taquiner au moins les six heures de lecture par jour, mais à l'instinct je dirais que je suis plutôt autour de huit à dix. Ajouter à ça un quart d'heure ou une demi-heure, ou même une heure, ne changera pas grand'chose au final et ne risque pas d'améliorer ma vitesse ou mon endurance.

Donc pas d'objectif réaliste en lecture non plus, il ne reste plus que le plaisir immédiat, qui a beau être largement au dessus de celui d'écrire de la merde (lequel est nul), il n'en reste pas moins nettement inférieur à celui que donne un jeu vidéo ou un film. Donc ceux qui regardent ma wishlist peuvent sauter la partie lives, j'ai déjà ce qu'il me faut pour les quinze prochaines décennies.

L'entretien de ce blog passe aussi à la trappe. Je continuerai à mettre la pensée du jour, parce que c'est rigolo, et je posterai de temps en temps des articles pour donner des nouvelles genre « Je suis encore vivante. Tout va bien. ».

Parce que bon, franchement, qui en a quoi que ce soit à faire que je déteste les chiens ou que je n'ai pas voté ? Personne. Tout le monde s'en fout éperdument. Et je n'ai aucun plaisir à l'écrire. Donc bilan de l'opération : une méchante perte de temps. Donc hop, aux oubliettes.

Voilà. Je suis arrivé à un âge où il faut arrêter de faire l'enfant gâté qui ne comprend pas qu'on lui refuse quelque chose, même si c'est la capacité de faire correctement quelque chose. Il est temps d'accepter les choses telles qu'elles sont et moi telle que je suis, et non telle que j'aurais aimé être.

Publié le mercredi 24 octobre 2007 à 23:32.

Catégorie : Moi

Commentaires

1. Le jeudi 25 octobre 2007 à 12:45, par Sybevzbaq :

Le go et l'escrime, à la trappe aussi ?

Pour ce qui est de la lecture, j'ai comme un doute arrivé à la fin de l'article ; tu lisais pour te forcer à lire, en te disant que tu arriverais à lire plus ensuite ? C'est une étrange conception. Je crois lire un peu plus que la moyenne des ours, mais c'est plutôt par phase, il m'arrive de faire une semaine sans toucher un bouquin, puis d'en détruire un qui m'aura intéressé suffisament en quelques jours. En général, la "phase réfractaire" suit l'entame d'un ouvrage qui ne m'attire pas plus que ça.

Sur la dernière partie, pour moi l'intérêt d'un blog comme ça est aussi de découvrir des aspects d'une personne dont on n'a pas l'occasion de discuter par ailleurs.

2. Le jeudi 25 octobre 2007 à 20:36, par Lani Katan (J9KzsuIjXcaS6pEPfExd) :

bouuhhh ouinnnnn ya plus de Nat'blog :/ En voila un loisir ou tu donne plus que tu ne reçois^^ ce blog!! :) Même si il ni y a pas toujours énormément de réactions (c'est pareil pour tout les blog) tu arrive néanmoins a le remplir avec divers avis ou aventures qui reste intéressantes. Je m'étonnes encore a revenir sur ton blog malgré ton arrêt d'eve (appris grâce a ton blog^^), vi je m expliques suite a mon départ de la corp, j'avais moins le loisir de te croiser in game . en bref je n'arrive pas a mettre autant de chose sur le miens et encore moins a développer comme tu sais si bien le faire, je trouve dommage que tu souhaites arrête mais ça reste ton blog et ton choix^^ Bonne continuation et a la prochaine fois (oui je repasserais pour voir l évolution).
Tchuss Bill.

3. Le vendredi 26 octobre 2007 à 10:51, par Natacha :

Sybevzbaq, le cas du go est intéressant, parce que c'est effectivement un loisir que j'aime bien malgré la nullité. Le problème, c'est que ce n'est pas possible d'y jouer seule, et avec mes 35 kyu il n'y a pas vraiment moyen de faire des parties intéressantes avec moi. Et le « plaisir indirect » qui m'a poussée vers l'écriture marche aussi dans l'autre sens : je m'en veux copieusement d'embêter les autres comme ça, et ça anéantit toute forme de plaisir qui pourrait sortir d'une partie de go. Enfin le réstulat final est le même, un passage à la trappe. L'escrime j'aimais bien, et si je trouve la place dans l'emploi du temps je m'y remettrai sûrement dans quelques années, quand je serai dans un meilleur état physique.

Pour ce qui est de la lecture, on dirait bien que je n'ai pas été très claire. Je ne me suis jamais forcée à lire. Mes observations sur ma vitesse et mon endurance lamentables viennent des moments où j'ai lu tranquillement, à mon rythme, pour mes loisirs (principalement dans le train et dans les salles d'attente). Mais comme ce type de lecture est rare, j'ai cru qu'il suffirait de faire une plus grande place à la lecture dans mon emploi du temps pour avoir plus d'« entraînement » et pouvoir ainsi arriver à des performances normales. Mon erreur a été d'oublier qu'il n'y a pas que la lecture de livre pour entraîner cette capacité, et que vu la lecture en général que je fais tous les jours, faire plus de lecture de loisir ne changera pas grand chose. Donc le projet de « forcer » la lecture dans mon emploi du temps est inutile, d'où son abandon avant même de l'avoir commencé. J'espère que c'est plus compréhensible dit comme ça.

Ce que je trouve amusant, c'est que tu parles d'une semaine sans toucher un livre, comme si c'était énorme. Moi j'ai touché un livre hier, mais pour le ranger. Si on compte l'ouverture d'un livre par contre, ça n'a pas dû m'arriver depuis début juillet.

Sybevzbaq et Lani, je vais peut-être revenir sur mon arrêt du blog, entre autres à cause de vos interventions (et à cause certaines conversations privées suscitées par le présent article). Par contre je ne fais aucune garantie sur la fréquence des articles, en particulier dans l'état actuel des choses mon but précédent de 10-15 articles par mois n'est pas réaliste.

Lani, merci beaucoup de passer encore, ça me fait vraiment très plaisir. Je rappelle que tu es l'auteur du tout premier commentaire de ce blog. Ton commentaire laisse entendre que tu tiens aussi un blog, mais tu ne sembles pas avoir laissé son adresse ici, ni dans aucun endroit où j'ai accès... c'est pour maintenir le suspense ?

Autrement une petite mise au point, je n'ai pas (encore) arrêté Eve Online, mais c'est vrai que je n'y joue plus trop ces derniers temps. Ma relation avec la corp n'y est pas étrangère, mais dès que j'en trouve le courage je vais expliquer mon point de vue sur le forum, et sauf changement drastique (je n'y crois pas trop) je quitterai la corp' pour chercher du fun ailleurs. Il y a beaucoup de points particuliers à Eve Online que j'aime beaucoup, par exemples l'univers futuriste plutôt medfan, l'accent sur les distances et la logistique qui va avec, le rythme tranquille, les skills qui montent indépendemment du temps de jeu, et les possibilités stratégiques des petits groupes (3-10 personnes). Bref je trouve que ce serait dommage d'arrêter, il faudrait juste trouver un bon environnement social. Et faire des choses avec une certaine personne dans ce jeu pourrait booster mon temps en ligne ;-).

4. Le vendredi 26 octobre 2007 à 13:05, par Sybevzbaq :

C'est plus clair dans le sens où tu mets vraiment l'accès sur la performance dans tes loisirs. C'est une différence de conception, dirons-nous. Je ne me pose pas la question en terme de nombre de livres lus, je n'ai pas d'objectif de ce côté là. Il parait que je suis meilleur que toi au go, mais c'est très relatif et dans l'absolu, 18 kyu (qui est je crois le plus haut classement que j'ai atteint), ce n'est pas fantastique. Cela dit, au go il y a le mécanisme du handicap pour compenser les différences de niveaux. Tu y as déjà eu recours ?

Concernant l'arrêt du blog, ne te force pas si tu ne veux pas. Pour la fréquence, je ne dirai rien, tu es bien plus productive que moi. ;-)

5. Le vendredi 26 octobre 2007 à 13:20, par Natacha :

Pour ce qui est du go, je parle de performance parce que c'est ce qui rend une partie intéressante ou non. Il y a effectivement moyen de compenser à coup de handicap, mais comme on n'a pas plus de neuf pierres, ça limite pas mal. Alors c'est vrai qu'il y a un moyen simple de perdre des kyus, c'est d'étudier des josekis et des formes. Mais comme je trouve ça particulièrement rébarbatif au point d'en être inacceptable en tant que loisir, je ne le fais pas, et du coup genre à mon niveau tout pourri.

Pour ce qui est de la lecture, je ne parle de performance seulement parce que la mienne est trop basse pour être confortable. En fait la vitesse de lecture ça ne me touche pas tant que ça, c'est juste que j'ai une toread list tellement énorme que j'aimerais bien que ça diminue un peu plus vite. C'est surtout l'endurance qui me gêne, et que je voudrais améliorer parce que je trouve ça extrêmement pénible d'être obligée d'arrêter de lire alors que je suis à fond dans l'histoire, simplement parce que je n'arrive plus à déchiffrer la suite de lettres qui est sous mes yeux même en m'y prennant trois fois.

Alors on pourrait me conseiller de lire moins longtemps, pour rester en deçà de ma limite, et c'est la que la vitesse de lecture devient handicappante, parce qu'il faut plus de temps pour rerentrer dans l'histoire, et s'il faut arrêter de lire alors qu'on vient à peine de rentrer dedans, la lecture devient beaucoup moins plaisante.

La seule issue que je vois à ce stade, serait de prendre des notes pour rentrer plus rapidement dans l'histoire, et pour ne pas oublier des détails du chapitre précédent qui ont été lus trois mois plus tôt. Mais même professionnellement je ne sais pas prendre des notes, et j'ai toujours préféré la mémorisation et le travail de tête au support écrit, et je le paye ici. Et apprendre à prendre des notes, ça m'a l'air encore plus pénible et contre ma nature que l'étude de joseki, donc ça n'a pas non plus sa place dans mes loisirs.

On dirait bien que c'est une impasse, je ne vois rien d'autre à faire que m'avouer vaincue. Me trompè-je ?

6. Le vendredi 26 octobre 2007 à 19:22, par Sybevzbaq :

Tu as l'impression que j'ai appris des ouvertures ?
Ce que j'aime dans le go, c'est d'avoir l'impression à mon niveau de pouvoir m'en sortir « artistiquement » sans avoir à cracher des schémas connus. Ce que j'apprécie dans le jeu, c'est la simplicité des règles, l'éléguance des possibilités. Pas question que je me contraigne à étudier du prémaché.
Pour la lecture, si tu ne te souviens pas de ce que tu as lu, c'est que ça n'était pas un bon bouquin, ou au moins pas un bouquin qui t'intéresse - surtout toi qui a une bonne mémoire. Alors change de livre ! Cela dit, si tu lis jusqu'à ne plus pouvoir lire, c'est effectivement que tu lis trop longtemps. Pour la toread-list dont tu aimerais qu'elle diminue plus vite, je ne suis pas sûr qu'elle diminuera si tu arrêtes de lire. :-)

7. Le dimanche 28 octobre 2007 à 19:49, par Lani Katan (J9KzsuIjXcaS6pEPfExd) :

Oui en effet je ne l'ai pas mis ou que ce soit vu que je n ai pas la moindre idée de l'url :)= C'est juste un "space" d'msn donc tous mes contact y on accès ainsi que le reste de la communauté. Sinon je connais un couple dans eve online ça marche très bien aussi :)

8. Le lundi 29 octobre 2007 à 23:14, par Ness :

Bon, j'arrive un peu après la bataille, on dirait... Mon avis, je te l'avais déjà donné il y a quelques mois, alors qu'on se connaissait à peine. Il n'a pas changé. Il faut que tu fasses ce qui te fait plaisir. ça ne sert à rien de t'acharner dans un domaine qui t'est indifférent. Cela dit, parfois, il y a paradoxe, car on peut être excellent dans un domaine et n'en avoir strictement rien à foutre (plusieurs personnes m'ont poussées à continuer dans la recherche parce qu'il paraît que j'étais excellente, mais comme je détestais ça, l'humanité se passera de moi).
L'important, c'est que tu prennes plaisir à ce que tu fais. Si tu fais les choses à contre-coeur, cela ne servira à rien et tu n'en tireras rien. Ce que les autres en tirent, ce n'est pas ton problème. C'est triste à dire, mais l'important, c'est toi, pas les autres. Je comprends qu'on puisse avoir du mal à appréhender ce concept, je dois t'avouer que je fais beaucoup de choses pour faire plaisir aux autres, bien que ça me casse franchement les pieds par moments (mettre à jour mon site, par exemple...).
A part ça, Les Enfants de l'Ô, je ne sais pas si c'est faisable ou pas. Des fois, même moi je me demande si j'y arriverai.
En tout cas, ça me ferait plaisir d'avoir quelques nouvelles par mail :)

9. Le mardi 30 octobre 2007 à 2:05, par Natacha :

Il n'y a pas vraiment eu de bataille, donc ce n'est pas grave d'arriver plus tard.

Il n'est pas vraiment question de faire des choses à contre-cœur dans cet articles. L'écriture et le dessin ne me cassent pas spécialement les peids, ce sont des activités neutres. Ça ne me pose aucun problème de les pratiquer, mais comme je n'en retire rien directement, je ne vais pas les faire sans but. Si c'étaient des choses qui me cassent les pieds mais que je ne ferais que pour les autres, ce serait différent.

D'autre part, je ne pense pas qu'il faille mettre de côté le plaisir des autres (ou son absence), parce que mon propre plaisir égoïste peut être tiré de celui des autres, Je suis d'accord que pour un loisir c'est mon plaisir à moi qui doit passer avant celui des autres, et toutes les sources de mon plaisir à moi sont valables, y compris celui des autres. En bref, dans cet article le plaisir des autres n'est vu que comme une source de plaisir égoïste comme une autre ; si je tire du plaisir à faire plaisir aux autres, il n'y a pas de raison de s'en priver.

Si j'écrivais assez bien pour faire plaisir aux autres, le plaisir personnel et égoïste que ça me donnerait serait suffisant pour me donner envie d'écrire à longueur de journée, et de faire tout ce que je peux pour écrire le plus possible. Et le message principal de cet article c'est ma prise de conscience que ce n'est pas le cas, et que donc personne n'en retire quoi que ce soit, même pas moi. Je suis donc passée à des formes plus traditionnelles de plaisir personnel et égoïste. Mais si maintenant une fée se pointait pour me donner un embryon d'ombre de miette de talent en écriture (ou en dessin d'ailleurs), je réviserais mes priorités et j'arrêterais ou je diminuerais fortement World of Warcraft au profit de l'écriture, parce que ce serait un plaisir personnel et égoïste nettement plus fort.

Copyright © 2007-2008 Natacha Kerensikova

Lithium Blog - commit dad867adc7a3fc6476990c37fcfa09685831b7d9 - Thursday 7 February 2008