I have a dream

En général, c'est plutôt rare que je me souvienne de mes rêves. En particulier dans cette période dépressive, c'est encore plus rare. Et pourtant, deux jours de suite, vendredi et samedi matins, je me suis souvenue de rêves, sur le même thème en plus.

Par contre d'habitude je me sens mieux les matins où je me souviens de rêve, alors que là je continuais ma descente aux enfers.

Évidemment, c'était avant mes troubles du sommeil, parce que cette nuit n'était pas vraiment propice aux rêves. Accrochez-vous donc pour une descente dans l'inconscient d'une Nat.

Dans ces deux rêves, j'avais une maison relativement grande (enfin surtout grande par rapport aux studios dans lesquels je vis depuis des années), accueillante et bien décorée, avec une terrasse et un chat chartreux. Une fois ce chat était en train de se venger à coups de pattes sur une photo de moi à l'écran d'un ordinateur portable, parce que je l'avais contrarié.

Dans le premier rêve, je recevais de la famille, pour une occasion que j'ai oubliée, et ça faisait pas mal de monde. Une partie des invités devaient arriver pour le petit déjeuner, et comme il faisait beau je comptais les faire manger sur deux tables de jardin en plastique blanc sur la terrasse, qui était ensoleilée.

Je venais de me réveiller dans une chemise de nuit blanche, et j'hésitais entre deux montres. Il y avait une montre dorée féminine, avec un petit cadran à aiguilles, et une montre plus grosse et plus masculine, couleur acier, avec un affichage digital derrières des aiguilles. Comme j'aime la précision, je comptais prendre la dernière, mais en fait j'ai remarqué que je ne regardais que les aiguilles, et que j'avais donc la même précision avec les deux, donc j'ai opté pour la montre dorée.

J'ai aussi remarqué en jouant avec ces montres qu'il ne restait plus que dix minutes avant l'arrivée des invités, alors que rien n'était prêt. Je me suis donc précipitée pour préparer des choses, sans même prendre le temps de plus m'habiller.

Pas longtemps après avoir commencé à m'affairer, un oncle débarque en passant par au dessus du muret qui délimitait la terrasse. Il aimait bien faire ça plutôt que passer par la porte, mais là il m'a annoncé que la porte d'entrée et le portail étaient encore verrouillés, et qu'il y avait d'autres invités qui attendaient devant. J'avais complètement oublié de les ouvrir, alors je cours pour ne pas les faire attendre plus longtemps.

J'ai quand même fini par avoir un petit déjeuner vaguement prêt et avoir passé des vêtements plus décents. Pendant le petit déjeuner, un cousin me parle de son tout nouveau caméscope numérique, en me décrivant sous toutes les coutures ses fonctionnalités, avec un jargon beaucoup trop technique pour moi. Je le laisse continuer sans comprendre, en ponctuant de temps en temps avec des « oui oui », des « Oh... » et des « Ah ? ». Je partageais sa joie d'avoir un jouet dont il était aussi fan, mais cette joie était quand même un peu teintée de jalousie, parce que c'était un jouet copieusement au dessus de mes moyens.

Évidemment, se réveiller après ça, seule dans son 15 m² en pagaille, ça ne remonte pas vraiment le moral. Le rêve suivant, de samedi matin, est beaucoup plus flou.

C'était la même maison, mais cette fois-ci je recevais des anciens collègues, d'un labo' où j'ai fait un stage, stage qui ne s'est d'ailleurs pas très bien passé humainement, je me suis même plusieurs fois demandé s'ils ne faisaient pas exprès de mal interpréter ce que je disais. Notamment ma voisine de bureau, qui trouvait scandaleux que je voie les papiers en surface sur son bureau quand je passe à côté pour rejoindre le mien. C'est pas ma faute si je suis alterperceptive...

Mais dans le rêve, l'ambiance était très chaleureuse. J'avais mis des matelas par terre pour pouvoir les héberger. On était tous à l'intérieur, autour d'une table en bois sombre, en train de manger du hachis parmentier que j'avais fait toute seule (avec des vraies pommes de terres et en hachant moi-même la viande et tout), et de la salade. J'avais bien galéré pour faire la sauce à salade...

Je prenais des nouvelles du labo', comment s'était résolue la mini-crise de succession qu'il y avait eu à mon époque, ce que chacun était devenu, etc. Et on reparlait de mon époque comme d'anciens combattants, des manip' auxquelles j'avais participé qui se sont révélées être une impasse, et d'autres qui ont bien fait avancer le sujet, etc.

Je crois que le message est clair : mon inconscient me suggère que je suis trop à l'étroit, trop en ville, trop solitaire et trop au boulot. Par contre je ne peux m'empêcher de noter un détail qui me tracasse : une si grande maison, mais pas de mari ni d'enfants, pas d'habitant (en dehors de moi) mais que des invités...

Publié le dimanche 22 juillet 2007 à 19:22.

Catégorie : Moi

Commentaires

1. Le dimanche 22 juillet 2007 à 20:40, par En Pleine Poire :

Ce qui est clair, c'est que tu as du mal à te voir comme quelqu'un capable de construire ta vie avec une autre personne...

Je reste sur mon conseil d'inscription sur site de rencontres "virtuels" :)

2. Le lundi 23 juillet 2007 à 10:28, par Natacha :

C'est vrai, je ne me vois pas du tout vivre avec quelqu'un... Je suis sans doute trop chiante pour partager ma vie avec quelqu'un sans que ce soit un vrai supplice pour l'autre. Après tout, si je suis restée seule pendant 25 ans, ce n'est peut-être pas pour rien.

Je te remercie beaucoup pour ton commentaire et ton conseil, mais je reste sceptique quant aux sites de rencontres, je dois être un peu vieux-jeu... Et surtout, je ne vois pas tellement l'intérêt des rencontres virtuelles tant que je ne serai pas capable de suivre avec une recontre réelle. La route vers la normalité psychologique est encore longue...

3. Le lundi 23 juillet 2007 à 13:48, par Ness :

Moi je ne sais pas si les rencontres virtuelles sont vraiment intéressantes. En tout cas, je ne vois pas ce que ça t'apporterait, si ce n'est que tu serais encore plus enfermée dans ton monde virtuel. Ce qu'il faut vraiment, c'est rencontrer des vrais gens, avec qui tu pourras faire des trucs sympas, genre aller au ciné ou aller manger un morceau. Je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire, et je t'avouerais que de mon côté, je ne fais pas beaucoup d'efforts pour rencontrer de nouvelles personnes...

4. Le lundi 23 juillet 2007 à 16:03, par Natacha :

J'ai toujours du mal quand il est question de « rencontres virtuelles ». J'avais compris ça comme étant des rencontres par internet dans un premier temps, destinées à faire plus ou moins un tri, mais dans le but de donner éventuellement suite dans le réel, ce qui permet de faire tous les trucs sympa que l'on peut faire aussi avec une personne connue de bout en bout dans le réel. Si j'ai bien compris, c'est à ça que servent les sites genre Meetic. Et donc là je réponds que ce n'est pas une démarche pour moi, vu mes difficultés courantes avec le réel, je ne pourrai pas donner suite.

Mais c'est vrai qu'il y a aussi les « rencontres virtuelles » qui ont vocation à rester purement virtuelles, auxquelles Ness fait références. Des rencontres comme ça, j'en fais déjà pas mal (enfin, quand je ne suis pas dans un état de déliquescence totale comme maintenant), et souvent même je casse leur vaisseau (y z'avaient qu'à pas venir sans invitation). Ce que je veux dire, c'est que pour le purement virtuel, je ne vois pas l'intérêt de sites spécialisés dans la rencontre, je préfère rencontrer des gens virtuellement en fonction d'intérêts communs, par exemple un jeu ou sur un forum spécialisé. Et je dois avouer que sur ce point je suis d'accord avec Ness, je ne ressens pas spécialement le besoin d'élargir mon repertoire virtuel, j'en ai déjà assez pour combattre la solitude autant que le virtuel peut le faire (quoique, je n'ai pas encore vraiment pris en compte mes récentes pertes).

Quant à mon enfermement dans un monde virtuel, je crois que tu sais aussi bien que moi que ce n'est pas demain que ça va s'arranger.

5. Le lundi 23 juillet 2007 à 20:09, par En Pleine Poire :

Je dis ça mais j'en suis pas un adepte...
Je trouve juste que dans ta "situation" que je connais de loin... Ca pourrait peut etre décoincé le shmilblik !!

6. Le lundi 23 juillet 2007 à 21:33, par Nimue :

Je pense aussi que rencontrer des gens "en vrai" serait préférable. Mais faire la démarche soi-meme de trouver des gens demande beaucoup, et il est rare que de parfaits inconnus viennent spontanément demander si on a besoin de compagnie.
Le monde est ainsi fait.
Celà dit, le monde virtuel n'est pas si mal, et c'est toujours mieux que rien. Il n'y a pas de solution idéale.

7. Le mardi 24 juillet 2007 à 9:07, par Natacha :

Je suis sûre que dans de bonnes conditions il y a moyen de faire en sorte que de parfaits inconnus viennent spontément me demander si j'ai besoin de compagnie. Par exemple, avec des habits et une posture adaptés, peut-être un peu plus de poitrine, dans un bar... Ou alors c'est seulement une idée que je me fais, faute de fréquenter les bars pour savoir comment ça marche en vrai.

Mais plus sérieusement, pourquoi est-ce que tout le monde se focalise sur cette histoire de rencontres virtuelles ? Genre personne n'en a rien faire de mes rêves, ou quoi ?

8. Le mardi 24 juillet 2007 à 13:04, par Nimue :

Ou quoi ^^

Cela dit, les reves sont un moyen d'expression de l'inconscient, mais leur traduction...c'est plus flou déjà.
Peut être que ça veut dire que tu te sens seule, ou alors que tu as envie de manger, ou alors que tu voudrais te perdre dans la masse d'une famille ou de collègues... Mystère mystère.

Sinon le chat qui se venge sur un photo de toi parce que tu l'as contrarié, ce serait pas un peu trop humanisé le chat ? Un noble animal comme le chat ne s'abaisserait pas à ce niveau là.

9. Le mardi 24 juillet 2007 à 13:56, par Natacha :

Je crois que c'est ce qui est le plus frustrant avec les rêves : c'est bourré d'informations, mais pas moyen d'y accéder. Ne pas se souvenir de ses rêves, c'est tellement moins prise de tête...

Pour le chat, c'est effectivement très (trop ?) humanisé, mais c'est comme ça que je l'avais interprété dans le rêve, donc je l'ai mis avec, parce qu'il paraît que les émotions et les pensées rêvées sont importantes aussi, malgré leurs éventuelles insultes au réalisme et à la logique. L'image qui allait avec, c'était simplement le chat qui tapotait sur l'écran, comme quand Кошка chassait le pointeur de la souris. D'ailleurs je ne suis même pas sûre que le système perceptif et d'abstraction du chat soit capable de reconnaître quelqu'un sur une photo sur un écran.

J'aimerais quand même bien pousser les murs pour avoir la place de cohabiter avec un chartreux, et ça c'est bien réel (même si ce n'est ni réaliste, ni logique, ni une bonne chose pour cette pauvre bête).

10. Le mardi 24 juillet 2007 à 19:43, par Ness :

Je suis sûre que ma Kosh serait capable de se venger sur une photo de moi ^^ Elle est déjà du genre à se venger sur mes affaires quand je l'engueule, alors...
Bon, j'arrête, sinon ça va dériver sur les chats ^^

Et c'est vrai, il n'y a pas beaucoup de gens qui viennent aborder les autres pour savoir s'ils ont besoin de compagnie (moi je le fais, mais je suis un peu spéciale dans mon genre). En revanche, tu pourrais sans problème lors d'une fête de labo (nous, on en avait assez souvent, pour le départ de l'un ou l'autre collègue, ou une publication quelconque) faire connaissance avec d'autres personnes de labos annexes, et qui sait ? Peut-être que le courant passerait, et que ce serait le début d'une belle amitié ou plus ?
Mais c'est clair qu'il faut prendre sur toi et faire un effort pour aller vers les autres. Ce n'est pas si facile, je sais (je suis aussi passée par-là, et imagine au Festival de Romans, quand j'ai dû aborder des gens que je ne connaissais pas du tout pour leur parler de mon bouquin, vu comme je suis timide, c'était bien galère ! Pareil au salon du livre !). Néanmoins, une fois que tu as fait le pas, les fois suivantes sont plus faciles, et même si on n'en sort pas gagnant à tous les coups, il y a quand même une forte probabilité de succès !

Et essaie de sourire, d'avoir l'air de bonne humeur (je sais, ce n'est pas toujours évident). Les gens vont souvent vers ceux qui ont l'air d'être sur un petit nuage rose bonbon.

Copyright © 2007-2008 Natacha Kerensikova

Lithium Blog - commit dad867adc7a3fc6476990c37fcfa09685831b7d9 - Thursday 7 February 2008