Les vents du changement

Il y a des moments dans la vie où les vents du changement soufflent en tempête, et semblent vouloir tout arracher sur leur passage. Parfois ils arrivent brutalement, par surprise ; et parfois il faut mettre toute son énergie pour réussir à les faire souffler. Je vais vous montrer ce que je veux dire.

Solely silently
I stand against the wind

Ce fut un soir d'automne, alors que le soleil expédiait les affaires courantes avant de se coucher, que naquit Наталья Андреевна Керенсикова, dite Natacha Kerensikova dans nos contrées.

And even though you see

Son enfance fut tout à fait banale, sans évènement majeur. Pourtant il y avait déjà à cette époque quelque chose de particulier dans ses yeux. Quelque chose d'étrange et difficile à décrire, et inquiétant aussi, un peu, mais sans que l'on puisse de mots dessus. Comment oublier ce regard ? Il laissait une impression un peu comme l'éclat d'une émeraude finement taillée, perdue sur une plage après une marée noire.

You cannot know where I've been

Mais en grandissant, elle construisait sans le savoir, petit à petit, brique après brique, un mur invisible autour d'elle. Sa fascination pour les engrenages, et plus généralement le fonctionnement interne des choses qui l'entouraient, prit peu à peu le pas sur les relations humaines. Et l'aura de première de la classe ne faisait qu'amplifier cette tendance.

They say that our dreams
Come alive when we're awake

Et puis un jour, l'informatique a débarqué dans sa vie. Existe-t-il des objets plus complexes à comprendre ? Sans doute, mais à cette époque là il n'y en avait pas à la portée de Natacha. Il ne lui fallut pas longtemps pour trouver des limites, mais elle sentait qu'il y avait quelque chose derrière.

But I can't even sleep

Elle évolua alors assez rapidement vers la demoscene, et l'assembleur. Le sentiment de liberté totale d'un accès et d'un contrôle sans limite à la machine. Et tandis qu'elle se baignait dans ce doux espace où tout était à son goût, car construit par elle, un ciment de uns et de zéros consolidait son mur.

My sanity will break

Un jour, un homme courageux, dont le nom fut effacé de l'Histoire comme une équation de craie sur un tableau noir sous la pluie, vint s'attaquer à ce mur. Il essayait vaillamment, avec une tenacité qui lui fit honneur. Il était même sur le point de réussir à ouvrir une brèche dans ce mur pourtant si épais et si solide, mais une redoutable maladresse si près du but anéantit d'un seul coup tous ses efforts, et le mur autour de Natacha était reformé, sans défaut, encore plus épais, solide et impénétrable qu'avant.

So like the blink of an eye
Just the second before a crash

Le combat de cet homme ne fut pourtant pas vain. Il put faire passer par la brèche un rien, une toute petite semance, qui était passée inapperçue mais qui était bien là, tombée à l'intérieur de cette enceinte que l'on aurait dit hermétique. La graine germa mais la jeune pousse fut rapidement balayée par l'activié de reconstruction.

Time is standing still
I am frozen, I can't feel

Mais l'Ombre de cette pousse pourtant resta vivante. Elle se propagea le long du sol et des murs. Et pendant que l'Ombre hantait cet espace clos, elle gagnait en consistance, et continuait de grandir. L'Ombre se sentait à l'étroit, et poussait de plus en plus fort sur les murs.

anger, such a simple
Yet powerful emotion

Finalement les murs cédèrent d'un coup, et Natacha avec, complètement déchirée par l'Ombre. Par miracle elle parvint à survivre à cet effondrement, mais elle ne pourrait jamais se défaire de cette partie d'Ombre qui s'est incrustée en elle. Péniblement elle partit voir le sage dans la montagne.

You'd think I could just rid myself
Of these thoughts I stir to motion

Le sage eut pitié d'elle et il la prit sous sa protection. Il lui réapprit à vivre, simplement et sans mur. Il lui apprit à ne pas succomber à la part d'Ombre qui restait en elle, et à l'utiliser pour affûter encore son regard.

Instinct pulls me under

Puis arriva le jour où, dans la solitude de la montagne, le sage ne pouvait plus rien lui apprendre sans risquer de reconstruire des murs. L'équilibre de Natacha était encore précaire, mais il était temps pour elle de quitter la montagne et de retrouver les communautés humaines.

I can't fight this on my own

Alors qu'elle se tenait sur le seuil, prête à partir, suivant des yeux le chemin descendant, le sage lui adressa un dernier conseil :

So now, my mind has become
The darkest place I have ever known

« Le fond du problème, c'est que même si tu les vois arriver, tu ne seras jamais prête à faire face à aux évènements les plus importants. Personne ne demande à ce que sa vie change, pas vraiment. Mais elle change.

Il ne faut pas chercher à tout prix à s'abriter des vents du changement. Tu pourras peut-être y résister un temps, mais ils finiront toujours par avoir raison de toi. Il vaut mieux au contraire les accepter, et les utiliser pour avancer pleines voiles vers l'avenir.

Tu verras ce que je veux dire. »

Paroles: Hubnester Inferno, de Machinae Supremacy

Publié le dimanche 3 juin 2007 à 12:31.

Catégories : Histoires Moi

Commentaires

1. Le mardi 5 juin 2007 à 13:25, par Lani Katan :

Très bien écris, comme a ton habitude^^. C'est comment dire, très profond mais je n arrive pas a faire la part des choses entre réel et imaginaire sur certains points... Tu parles de la personne irl ou imaginaire? Comme la fameuse graine elle peut représenté pas mal de chose en fait... Bon j arrêtes ma psycho de comptoir^^ continu c'est agréable a lire, a quand la suite?

2. Le mardi 5 juin 2007 à 19:28, par Natacha :

Merci beaucoup pour ton commentaire. Malheureusement je ne vais probablement pas répondre à ta question.

J'étais sûre de l'avoir écrit quelque part, mais manifestement non (en fait je l'avais peut-être prévu pour le deuxième post), ce texte est une « autobiographie romanée », ou « autobiographie symbolique ». Donc même si au premier degré c'est une fiction, en fait je ne raconte que des choses qui me sont arrivées vraiment, quoiqu'avec une dose violente de symbolisme. Il n'y a pas d'imaginaire, il n'y a qu'une seule Nat ici et c'est moi. Alors le symbolisme ne doit pas être évident à déchiffrer, comme tu l'as si bien remarqué ça reste très ambigu, et si tu n'as trouvé qu'une seule interprétation à quelque chose, ce n'est probablement pas la bonne (sauf pour le cyrillique, qui n'est là que parce qu'on ne peut décemment pas choisir Kerensikova comme pseudonyme sans l'écrire au moins une fois Керенсикова). Et il ne faut pas compter sur moi pour aider à déchiffrer le symbolisme, je trouve que c'est déjà formidable que j'arrive à en parler à mots (très) couverts, alors d'ici à en parler au premier degré, il y a encore du chemin.

Du coup, ça veut dire qu'il ne va pas y avoir de suite à cette histoire, du moins pas dans un avenir proche. Par contre la catégorie Histoire va prochainement se remplir d'autres histoires, avec mon même style d'écriture, mais une histoire complètement imaginaire, et du coup ce sera beaucoup décousu. J'en ai une dans le four là, avec des clins d'œil à Ghost in the Shell, Predator et à l'actualité. Ça devrait être cuit la semaine prochaine, le plus dur c'est de trouver une B.O. qui va bien avec l'histoire.

3. Le mardi 15 avril 2008 à 8:14, par Cyrille999 :

Quand est-ce que tu oses....te mettre à nue...

Un tout petit secret, une toute petite expérience de cette "perception alternative"...

Please...

Copyright © 2007-2008 Natacha Kerensikova

Lithium Blog - commit dad867adc7a3fc6476990c37fcfa09685831b7d9 - Thursday 7 February 2008