Malbouffe II

Hier soir, j'en ai eu assez des repas à base de biscuits ou de toasts au beurre de cacahuètes, alors j'ai décidé de me prendre par la main et de cuisiner quelque chose. Pas quelque chose de complexe, hein, juste une omelette aux lardons.

J'ai donc commencé par ouvrir délicatement la boîte de lardons fumés Monoprix. J'ai mis le nez quasiement dessus, pour y trouver une bonne odeur de viande crue fumée.

J'ai donc mis en route la plaque à induction à puissance maximale. En quelques dizaines de secondes, l'eau qui restait au fond de la poële à cause du lavage (très) récent s'est évaporée. J'ai mis les lardons à griller encore quelques dizaines de secondes plus tard.

Alors qu'en parallèle je remuais les lardons en train de cuire, j'ai préparé l'omelette. J'ai sorti du réfrigérateur mes trois œufs, et je les ai cassés, l'un après l'autre dans un petit bol, et en le transvasant après cassage dans un grand bol. J'avais donc trois jolis jaunes en train de flotter dans une piscine de blanc.

J'ai commencé par casser les jaunes avant de battre le tout pour avoir quelque chose d'à peu près homogène. J'ai ensuite ajouté à ce mélange, toujours en remuant de temps en temps les lardons, du Maggi, pas mal d'herbes de Provence, un peu de basilic, et une pincée de sel et de poivre.

J'ai bien mélangé mon omelette, et quand les lardons avaient une bonne tête de lardons cuits, j'ai éteint la plaque à induction (qui était à pleine puissance tout du long) et j'ai versé le mélange sur les lardons. Grâce à mon expérience passée je savais que le fond de ma poële est assez épais pour qu'elle reste assez chaude pour cuire mon omelette sans la plaque.

Une fois l'omelette cuite, je l'ai mise dans mon assiette pour aller la manger. Au final, c'était plutôt bon, quoiqu'un peu trop salé à mon goût. Le changement par rapport aux biscuits était en tout cas bienvenu.

Pourtant je pense qu'il n'y aurait vraiment pas grand monde qui serait prêt à toucher à cette omelette. Je me demande même combien de personnes refuseraient même de s'en approcher. Évidemment, en lisant mon récit, je ne vois qui refuserait d'y goûter, mais c'est parce que j'ai omis de préciser un tout petit détail...

À votre avis, quel est ce détail ? (merci à ceux à qui je l'ai déjà dit par MSN de ne pas spoiler la devinette pour les autres)

Publié le jeudi 20 septembre 2007 à 13:35.

Catégorie(s) : Moi

Commentaires

1. Le jeudi 20 septembre 2007 à 14:46, par Estelle :

ça a un rapport avec les oeufs ? Genre date périmée ou provenance animale autre qu'une poule ?

2. Le jeudi 20 septembre 2007 à 15:14, par K :

Ca a à voir avec la plaque à induction ? Brûlée en dessous, crue au dessus ?
Tes oeufs contenaient 3 petits poussins ?
Tu avais oublié de rincer la poele ?
Tu as confondu un des ingrédients avec un autre ? (du maggi avec du coca ?)

Pourquoi se servir d'un petit bol pour ensuite transvaser dans un grand ?

4. Le jeudi 20 septembre 2007 à 15:54, par Cinn :

C'étaient des oeufs de tortue ? (ou autre animal bizarre) ?

5. Le jeudi 20 septembre 2007 à 19:29, par Ness :

Un bon goût de liquide vaisselle encore présent ?
(moi je ne l'aurais pas touchée, ton omelette, de toute façon. Lardon + sel = beaucoup trop salé pour moi)

6. Le jeudi 20 septembre 2007 à 19:58, par _FrnchFrgg_ :

Quand je fais des omelettes, même si elles ne sont qu'au jambon, je les trouve trop salées dès que je sale un peu. Alors avec des lardons, qui plus est fumés... Du coup, maintenant, je ne les sale qu'à la fin.

Sinon, moi je sais ce qui n'allait pas, mais la marge n'est malheureusement pas assez grande.

7. Le vendredi 21 septembre 2007 à 9:31, par Natacha :

Bon, on dirait qu'à peu près tout le monde s'est intéressé à cette entrée de blog, je vais donc donner la réponse. Mais d'abord, voici les fausses pises :

  • Estelle, K et Cinn : ce sont bien des œufs de poule normaux de chez Monoprix, et comme tous les œufs de supermarché, ils ne sont pas fécondés, donc pas de poussin.
  • K et Ness : évidemment on ne peut pas dire que ce soit super-bien rincé, dans la mesure où c'est moi qui l'ai rincée ; mais c'était quand même assez bien rincé pour qu'il n'y ait pas de goût de liquide vaisselle.
  • K : la plaque à induction a fonctionné normalement, les lardons ont été assez fréquemment pour assurer une cuisson homogène, et de par ma façon de faire l'omelette (comme tout le monde, je suppose), c'est bien cuit en haut (quoique légèrement moins qu'en bas). Je n'ai pas non plus confondu d'ingrédient, ce que j'ai mis dedans c'est effectivement ce que je croyais mettre dedans et ce que j'ai écrit ici que je mettais dedans (à une exception près, le sel qui n'est pas du NaCl traditionnel, mais un mélange deux tiers un tiers de KCl et de NaCl, c'est pour ma tension).
  • Ness et _FrnchFrgg_ : c'était effectivement trop salé, et peut-être que quelqu'un avec un peu plus d'expérience culinaire que moi aurait tout de suite su que lardons + maggi + sel allait faire ça. Mais bon, c'était quand même pas au point d'être immangeable, même si je m'en souviendrai pour la prochaine fois. D'habitude je n'ajoute pas de sel, mais je crois que je me suis laissée emportée par mon « nouveau jouet » à base de KCl. Je ne recommencerai plus, c'est clair.

La pise de K sur l'utilisation de deux bols était bonne, et aurait pu être exploitée pour arriver à une partie de la réponse. De même, une piste qui ne semble pas avoir été relevée, c'était sentir de près les lardons juste après l'ouverture, vous faites ça souvent, vous ?

Enfin, une bonne réponse partielle a été trouvée par Estelle et par Cinn sur un autre canal : j'ai effectivement un tout petit peu dépassé la date limite de consommation des œufs : il étaient pour le 15. L'autre bout de la bonne réponse, que personne ne semble avoir trouvé, c'est que les lardons étaient aussi périmés depuis le 9. Franchement, combien d'entre vous auraient accepté de goûter à cette omelette aux lardons ?

Alors pourquoi est-ce que je les ai mangés sans crainte ? Justement à cause des tests qui se sont glissés dans la préparation. Pour les œufs, c'est le plus évident, limite il n'y a même pas besoin de mettre de date dessus : un œuf pourri, ça se sent, on sait tout de suite qu'il ne faut pas le manger ; dans le frigo ils ont tendance à vieillir sans pourrir (du moins à une échelle de temps raisonnable), mais lorsqu'ils sont trop vieux le jaune se mélange au blanc. C'est pour ça que je les ai cassés séparément, des fois qu'il y en ait un qui soit trop vieux, pour ne pas gaspiller ceux d'avant. Et c'est aussi pour ça que j'ai précisé qu'il y avait trois beaux jaunes.

Pour les lardons, c'est un peu plus douteux, parce que ça peut mal se passer sans que ce soit perceptible à l'ouverture. Et tout cas ce qui est sûr, c'est que si ça sent à l'ouverture, c'est déjà trop tard. Par contre, si ça ne sent pas, il peut quand même y avoir des mauvaises choses qui collent une bonne diarhée, mais seulement si elles sont vivantes. C'est pour ça que j'ai fait bien cuire les lardons, plus qu'à mon habitude, pour être sûre de tuer tous les éventuels pathogènes.

Au final, plus de 36 heures après la dégustation de cette omelette, je n'ai aucun problèmes digestifs autres que ceux que je me trimballe depuis deux mois à cause des antidépresseurs. Donc on dirait que la péremption n'a pas eu de conséquence néfaste.

Ah oui, j'ai oublié de préciser les mois dans les dates de péremption : août pour les œufs et juillet pour les lardons.

8. Le vendredi 21 septembre 2007 à 9:43, par K :

Diantre...
Jusqu'au bout je me suis dit que cela ne m'aurait pas dérangé d'y gouter.
Puis j'ai lu la dernière phrase

9. Le vendredi 21 septembre 2007 à 11:44, par Ness :

LOL.
ça va, t'es comme moi. Mes oeufs aussi traînent dans le frigo depuis des millénaires, et j'espère toujours faire une fois un truc avec.
Et il m'arrive très souvent de manger des trucs périmés depuis super longtemps ^^

Copyright © 2007-2008 Natacha Kerensikova