Mets de l'huile !

Il y a des moments dans la vie où on est face à un choix capital, qui va bouleverser tout le reste de son existence. Par exemple, choisir le type d'huile que l'on utilise pour faire sa cuisine.

Bon ok, j'exagère peut-être un peu, ça ne bouleverse pas vraiment mon existence à ce point, mais il fallait bien faire une intro' accrocheuse.

Au commencement était l'huile de tournesol

Je ne consomme pas beaucoup d'huile chez moi. Peut-être est-ce à cause de mes habitudes alimentaires malsaines, par exemple ne manger qu'une boîte de biscuits en guise de repas du soir.

Pourtant, au fil du temps, le niveau de ma bouteille d'huile de tournesol diminue quand même, lentement mais sûrement. Je sais que l'huile a une tension de surface assez énorme, mais depuis plus de deux ans et demi que j'ai cette bouteille, je me demande quel volume s'est évaporé.

Je ne me souviens plus trop pourquoi c'était de l'huile de tournesol que j'avais choisi, je crois que c'était par atavisme, parce que je n'ai vu que ça chez mes parents.

Je me suis dit qu'avec le peu d'huile que je consomme, le prix n'est pas vraiment un problème, ça reste un investissement négligeable. Du coup, le seul critère restant était le goût.

Le problème, c'est le choix

J'ai demandé des conseils, aussi bien autour de moi que sur google, et la grande conclusion à laquelle je suis arrivée, c'est qu'il n'y a pas de consensus.

J'ai entendu tout et son contraire, presque à chaque fois affirmé péremptoirement comme si c'était la Vérité Ultime. Parfois même, pour donner encore plus de poids aux propos j'ai vu des chiffres, par exemple un « indice de santé de l'huile », mais bien sûr sans jamais donner de formule ni d'explication ni de justification.

Si chacun voit midi à sa porte, c'est peut-être parce que midi est bien à toutes les portes. À partir de là, je me suis fiée à mon instinct et j'ai fait un choix pondéré par la valeur que je donne aux différents témoignages que j'ai rencontrés. Je me suis retrouvée à viser de l'huile de pépins de raisins pour ce qui est chaud (mais sans trop chauffer, au cas où, mais de toute façon je n'ai pas de friteuse et je ne fais pas cuire beaucoup de chose très chaudes), et de l'huile de noisettes pour le froid (genre salades).

Mais malgré ce joli choix dans l'absolu, au moment de passer à l'acte j'ai été obligée de réviser mon choix, à cause de contingences matérielles. Plus précisément, il n'y avait pas d'huile de noisette dans mon supermarché habituel.

Je suis donc revenue chez moi avec une bouteille d'huile de pépins de raisins, et une bouteille d'huile de noix.

Test à chaud

Les nouvelles huiles étaient là, et c'était comme un nouveau jouet : il faut absoluement jouer avec, il faut absolument s'en servir, il faut absolument l'essayer.

J'ai donc testé (avec mon Arbiter) l'huile de pépins de raisins, pour faire cuire de la viande et ensuite des pommes de terre sautées.

J'avoue ne pas avoir vraiment senti la différence avec le goût de ce qui est cuisine avec ma pauv' huile de tournesol ; mais j'ai un peu oublié de la chercher, cette différence. Il va falloir que je reteste plus sérieusement.

Test à froid

Plus tard, j'ai voulu aussi essayer mon huile de noix. J'ai été plutôt déçue du résultat.

J'ai testé sur des carottes râpées. C'est vrai que ce n'est pas forcément ultime, mais bon. J'ai fait un assaisonnement à base de melfor et de cette huile de noix.

Une autre erreur de ma part a pu d'être d'oublier le sel dans tout ça.

Encore une autre erreur, c'était le mélange, qui était manifestement loin d'être optimal, vu qu'il n'y avait pas deux bouchées de carottes qui avaient le même goût.

Mais même s'il y avait quelques bouchées que j'ai bien aimées, dans l'ensemble, dans l'ensemble c'était loin d'être à mon goût.

Une fois le bol de carottes râpées fini, je me suis rendue compte d'encore une autre erreur : j'ai probablement eu la main lourde sur l'huile et/ou le melfor. Ah, et puis note pour plus tard, faire plus attention aux proportions entre ces deux ingrédients. Voire même, utiliser un autre type d'assaisonnement pour les carottes.

Bref, tout ça pour dire que niveau goût, c'était pas la joie. Mais il y a eu plus terrible que la déception gustative.

Trois heures après ces carottes, j'étais tranquillement dans mon lit, avec un mal au ventre de plus en plus méchant. Méchant au point de m'empêcher de dormir.

Et puis, il est devenu méchant au point de faire rendre une partie des carottes râpées, qui avaient du coup pris un goût vraiment immonde.

Et ce n'était pas fini, parce une fois la purge côté œsophagien lancée, la purge côté intestinal a enchaînée, tout aussi liquide et repoussante, et brûlante pour les sphincters (ça ne me surprendrait pas que ce soit aussi acide par ce côté là).

Mais pourquoi !?

Bon, j'avoue que je n'ai aucun indice solide sur la vraie cause de cette catastrophe gastrique. C'est peut-être un peu trop hâtivement que j'ai mis ça sur le dos des carottes râpées.

En même temps, je n'ai rien mangé d'autre de particulier, seulement les biscuits et le thé habituels, rien qui ne justifie un souci digestif exactement ce soir là.

Et puis dans les carottes râpées, il y a quand même trois coupables potentiels : les carottes, qui ont pourtant été achetées une semaine avant, elles ne devraient pas déjà être périmées ; l'huile, toute neuve aussi, mais qui est incontestablement un élément nouveau ; et le melfor, ouvert depuis six mois, mais ça me semblait être le genre de choses qui se conserve plutôt bien.

Et puis le souci n'est pas forécement qualitatif, des produits parfaitement commestibles en soi peuvent devenir très mauvais à trop haute dose. J'ai peut-être simplement eu la main vraiment trop lourde sur le melfor par exemple.

Ou bien peut-être que c'est un souci humain, par exemple pour une raison obscure mais probablement immunitaire je ne supporterais pas l'huile de noix.

Objectivement, la meilleure façon de trouver le coupable serait de faire des tests plus approfondis en essayant les suspects l'un après l'autre. Mais bizarrement, je ne suis pas vraiment super-motivée pour tester dans ce sens...

Publié le vendredi 11 avril 2008 à 16:47.

Catégorie : Cuisine

Commentaires

1. Le samedi 12 avril 2008 à 0:08, par Keeh :

Pour *l'assaisonnement* des carottes rapées, j'avais un recette plutôt bonne à basse de bananes et de crème. Faut juste supporter le mélange de saveur.

2. Le lundi 14 avril 2008 à 9:36, par Catioucha :

Pour les carottes, un filet de jus de citron c'est sympa aussi, et c'est pô gras ;-)

Sinon l'huile de noix, rien ne vaut celle tout juste pressée ! J'ai la chance d'avoir un beau père qui a des noyers et qui a fait presser tout ça dans un moulin artisnal : miam ! Rien que l'odeur de l'huile te met l'eau à la bouche !

Sinon perso c'est souvent huile d'olive, et ma mère ne jure que par le colza : jamais essayé mais paraît que c'est une huile super...

Ce qui compte au final, il semblerait que ce soit le mélange, histoire de bénéficier des apports que chaque huile a en propre. Et ne pas oublier le beurre pour la cuisson, c'est quand même vachement plus chouette pour les steack bien saisis ;-)

Bon appétit !

3. Le lundi 14 avril 2008 à 9:37, par Catioucha :

J'ajouter que pour le goût, rien ne vaut le vinaigre !

Balsamique mon amour *bave bave bave*

4. Le lundi 14 avril 2008 à 19:24, par _FrnchFrgg_ :

Personnellement je déconseille le beurre pour la cuisson (et les pros de la cuisine aussi). Ça noircit trop vite. Par contre, tu peux commencer à saisir avec de l'huile d'olive, et mettre un peu de beurre sur la fin, pour le goût. Ça ne marche que si la cuisson est un chouilla plus longue que "clic-clac". En fait, même pour des cuissons "clic-clac" je déconseille le beurre, parce que généralement pour ces cuissons là on a une température de poële bien supérieure, et le beurre supporte mal ce traitement.

5. Le mardi 15 avril 2008 à 11:00, par Catioucha :

Ah ? Merci beaucoup pour ces conseils :-D

Je pratique en effet la cuisson "clic-clac" de la viande, la préférant presque bleue. A ce compte j'imagine qu'une poêle nue sans matière grasse d'aucune sorte mais chauffée quasi à blanc devrait suffire... Mais je n'ai qu'une pauvre plaque électrique toute naze...

Mais merci pour le conseil, je le note :-D

6. Le mardi 15 avril 2008 à 16:49, par _FrnchFrgg_ :

Par contre, Catioucha, je partage tout à fait ton avis sur le vinaigre balsamique. Mmm. Que c'est bon !

Copyright © 2007-2008 Natacha Kerensikova

Lithium Blog - commit dad867adc7a3fc6476990c37fcfa09685831b7d9 - Thursday 7 February 2008