Monoprix contre la déprime

J'ai un petit peu oublié de vous dire qu'il y a du nouveau par rapport à ma fatigue chronique : elle semblait avoir disparu, et tout semblait aller pour le mieux. Mais comme d'habitude, la réalité n'est jamais aussi rose que ce qu'elle veut nous laisser croire.

Ça faisait depuis un bon moment que je pensais sérieusement que mon antidépresseur, le Séroplex, était responsable de ma fatigue chronique ; alors que mon psychiatre pensait que cette fatigue était un symptôme de dépression et qu'il fallait continuer l'antidépresseur jusqu'à ce qu'il vienne à bout.

Mais devant la fatigue qui n'arrêtait pas d'empirer, et le moral au beau fixe (grâce à mon Arbiter) et les envies de faire plein de trucs, il a commencé à remettre en question son jugement. Donc samedi dernier, on a lancé un plan de diminution progressive de l'antidépresseur, pour voir comment ça évolue et si éventuellement il faut en reprendre.

Je ne me souviens plus trop comment c'était lundi, mais je commençais déjà à revivre. Mardi et mercredi toute trace de fatigue ou de dépression avait complètement disparu. J'ai retrouvé une productivité comme je n'en avais jamais connu depuis le mois d'avril. J'avais même l'intention d'écrire un article de blog là dessus, avec un titre du genre « résurrection », ou quelque chose comme ça.

Sauf que voilà, j'ai fait l'erreur de me remettre brutalement et complètement à fond dans tout, sans tenir du fait que j'étais encore convalescente. Le résultat ne s'est pas fait attendre, jeudi je recommençais déjà à lutter contre la fatigue, et jeudi après-midi les idées noires sont revenues.

Aujourd'hui j'étais de nouveau une larve exténuée, avec des idées par jolies-jolies qui me trottaient dans la tête, et une productivité nulle. Et en rentrant chez moi, j'ai fait un détour par le supermarché juste à côté de chez moi, un Monoprix, parce que je n'ai plus de jus de fruits et je le vis très, et parce que je n'ai plus assez de biscuits pour me faire un repas du soir (hier soir je n'ai rien mangé du tout avant d'aller au lit). Voilà le planning en rentrant dans le magasin.

Mais une fois dans le magasin, il m'est arrivé un truc qui m'arrive rarement. Je crois que c'est ce que l'on appelle faire du shopping : passer devant un rayon, avoir un produit qui attire l'œil, se dire « ah il est bien ce truc » et le mettre dans son panier.

Je suis redescendue sur terre en passant à la caisse... 95.40 €, ce n'est pas tout à fait le budget traditionnel de deux boîtes de biscuits et d'une bouteille de jus de fruit.

Du coup je suis rentrée chez moi avec trois verres carrés "Sterling", une télécommande pour commander trois prises de courant, un pauqet de Mentos réglisse (c'est bon pour la tension), des cookies et des boudoirs (ça c'est ce que j'étais venue acheter), un litre de jus d'ananas, du chocolat au lait et au noisettes, des « sablés des prés » de Bonne Maman, du riz au curry à réchauffer au micro-ondes, un shaker vinaigrette, une boîte de paille, deux lampes à led Osram Dot-it, de la laque, un spray démêlant, un après-shampoing (il paraît que ça peut me rendre moins moche tout ça) et une rallonge 10 A.

Ça fait mal au porte-feuille, mais quand on y réfléchit en fait pas tant que ça, vu que tout sera probablement utile, et ça a amélioré suffisamment mon moral pour que j'aille me coucher juste après la publication de cet article sans avoir peur de faire des bêtises.

Il se passe vraiment des trucs bizarres dans ma tête...

Publié le vendredi 12 octobre 2007 à 23:15.

Catégorie : Moi

Commentaires

1. Le samedi 13 octobre 2007 à 17:38, par _FrnchFrgg_ :

Ah, les vertus curatives du shopping. Pour nini c'est presque vital de pouvoir faire du shopping. Dommage qu'en ce moment ce soit vital pour le porte-monnaie de ne pas en faire.

2. Le dimanche 14 octobre 2007 à 9:43, par Ness :

Mis à part ça, dis-toi bien que si la fatigue a disparu aussi vite, c'est qu'elle n'était pas liée au Séroplex, mais plutôt à ta conviction que le Séroplex était responsable de la fatigue.
Enfin, de toute manière, l'important, c'est que tu ailles mieux !!!
Pis moi, ça m'arrive aussi de temps à autre, des courses hyper chères :)

3. Le jeudi 18 octobre 2007 à 10:24, par Natacha :

Effectivement, je trouve aussi que c'est louche une disparition si rapide de la fatigue, ça ne me surprendrait pas qu'il y ait une composante placebo dans le truc, voire même qu'il n'y ait que ça. En même temps le placebo c'est bizarre avec moi, par exemple pour le café, en buvant une demi-tasse le matin je ne peux plus dormir de la nuit, alors que je sais très bien que la caféine est métabolisée en quatre heures. D'ailleurs la même caféine, dans le thé de 17h, n'a aucune conséquence sur mon sommeil... Je sais très bien que ça ne devrait pas faire ça, et j'aimerais bien que ça ne le fasse pas, mais ça le fait quand même.

Mais bon, peu importe la cause initiale et peu importe comment c'est résolu, je me suis débarrassée de la fatigue chronique qui me paralysait et des antidépresseurs dont je n'aime pas dépendre, donc tout est au mieux et c'est effectivement le plus important.

Copyright © 2007-2008 Natacha Kerensikova

Lithium Blog - commit dad867adc7a3fc6476990c37fcfa09685831b7d9 - Thursday 7 February 2008