Nat à lit

Voilà, j'ai recommencé à faire un jeu de mots pourri. C'est promis, je ne recommencerai plus jusqu'à la prochaine fois. Tout ça pour vous parler de mon tout nouveau lit tout neuf et super génial.

Tout commence un certain jeudi soir, où mon Arbiter et moi avons eu l'idée saugrenue de dormir chez moi.

Moi évidemment, quand j'ai emménagé en juillet 2006, j'étais déjà en difficiltés financières, donc je n'ai pas voulu trop investir. mais en même temps, je me dis que vu le temps que je passe à dormir, un bon lit c'est important, il ne faut pas être radine dessus. J'ai donc acheté un lit pliant 90x200 cm. Je l'ai pris pliant pour pouvoir le transporter toute seule jusque chez moi, je ne me sentais pas de passer encore deux ou trois nuits de plus à dormir par terre.

Tout allait bien jusqu'à ce jeudi soir évoqué précédemment. Parce que l'air de rien, un lit 90, ce n'est pas vraiment conçu pour être utilisé à deux.

Il n'y a pas vraiment eu de problème de largeur, c'est vrai que c'est un peu serré et qu'on ne peut pas se retourner comme on veut, mais c'est largement compensé par le fait d'avoir quelqu'un tout chaud et tout doux à côté de soi.

Par contre si la largeur était bonne, le sommier n'a pas vraiment aimé la charge. C'est vrai que mettre bien plus d'un quintal et demi sur un lit une personne, c'est chercher les ennuis. Résultat, au milieu de la nuit, clac, une latte est partie. Du coup ça fait plus de contraintes sur celles de part et d'autre de la désertueuse. Du coup, au matin, quatre autres lattes s'étaient mobilisées pour cette grève sans préavis.

Elles ont été remises dans le droit chemin, mais maintenant que la voie était ouverte, le délattage devenait beaucoup plus facile. Même moi toute seule j'arrivais à délatter, mais pas en dormant, il fallait quand même que je cherche à m'assoir au milieu du lit.

Déjà avant cette nuit épique, j'avais pu remarquer lors des changements de litterie que les lattes devenaient sérieusement courbées et noires. Ce pauvre lit, vendu comme un lit d'appoint, a quand même rendu de bons et loyaux services pendant plus de quatre cents nuits. D'ailleurs il aurait sans doute pu en rendre encore, si j'avais pu me satisfaire de passer toutes mes nuits avec mon Arbiter chez lui sans jamais rendre le change. Et je me dis d'ailleurs qu'il peut encore servir, sous son rôle de lit d'appoint, si je veux héberger quelqu'un, à condition que ce quelqu'un ne soit pas trop lourd (mais si même avec moi ça tient...).

J'ai donc décidé d'investir dans un nouveau lit. Et comme la dernière fois, je suis toujours limite financièrement, mais je n'ai pas fait ma radine. Le sommeil, c'est important, donc s'il n'y a qu'une chose dans laquelle on peut investir, c'est le lit. Je suis donc allé voir mon Conforama juste à côté de chez moi.

Je suis partie dans l'idée d'un lit deux personnes, pour pouvoir accueillir mon Arbiter, mais 140, parce que je n'ai quand même que 13 m² à ma disposition. Et j'ai découvert un joli lit mezzanine. En fait, c'est le seul lit mezzanine 140 de leur catalogue internet.

C'est à cette occasion que j'ai découvert le concept de lit mezzanine, qui semble être particulièrement adapté un studio peu spacieux comme le mien. Autant dire que j'ai été tout de suite convaincue par le concept, mais à condition que la réalisation suive, parce que je veux quelque chose de stable et solide, et qui ne soit ni trop près du sol ni trop près du plafond. Je suis donc allée dans le magasin voir le modèle monté en vrai, évidemment je ne l'ai pas poussé dans ses limites, mais ça avait l'air tout à fait acceptable. C'est donc ce lit que j'ai maintenant chez moi.

Ensuite, le choix du matelas. Plus besoin de choisir la taille, le sommier l'a fait pour nous : 140x190 cm non-négociable. Habituellement, on met sur les mezzanines des matelas en mousse, principalement pour leur faible épaisseur (donc plus de place au dessus), mais aussi pour leur facilité de manipulation. Mais je ne suis pas très fan du contact de la mousse, et la vendeuse m'a dit que la mousse c'est conseillé mais qu'il n'y a pas de problème si on préfère une autre technologie, c'est avant tout une question de goût.

J'ai donc essayé sans grande conviction le matelas préconisé (si mes souvenirs sont bons le Bultex NOLA, à vérifier), en mousse de polyuréthane 37 kg/m³, et le feeling n'est pas tellement à mon goût. Et puis j'ai constaté ce que donnait le matelas de la même matière mais en 20 kg/m³ sur le lit pliant, même si la vendeuse disait que cette mousse tient bien.

J'ai ensuite essayé le Merinos Gala, à ressorts, dont je n'ai pas vraiment aimé les oscillations. Ensuite le Merinos Aeria, à ressorts ensaché, m'a vraiment convaincue. Je me demande si le super-matelas que j'ai chez mes parents n'aurait pas cette technologie. Je n'ai pas essayé le latex, qui n'est pas du tout dans la même gamme de prix.

Mais au moment de la commande, la vendeuse me dit qu'il n'y en a plus en stock, et qu'il ne faut rien espérer avant la mi-octobre, voire même fin-octobre, et elle m'a laissé le choix entre attendre, ou prendre un peu plus cher. D'après ce que la vendeuse a dit aux clients précédents, d'un côté de l'allée il y a le bas de gamme, et de l'autre une gamme au dessus, et qu'entre les deux le confort « n'a rien à voir », et ceux qui étaient en rupture de stock étaient évidemment tous les bas de gamme à ressorts ensachés.

J'ai essayé un peu plus cher, sans grande conviction, parce que des ressorts ensachés c'est des ressorts ensachés, et en mettre dans les 450 ou dans les 600 ne doit pas faire une si grande différence de confort, du moins pas autant que la différence de prix (passer de 300 à 450 €). Une fois allongée dessus, je me suis rendue compte de mon erreur, et j'ai opté pour l'Epeda Essentiel sans hésiter. Ça allait faire mal au porte-feuille, mais il faut ce qu'il faut, on parle de mon sommeil dans la prochaine décennie, là.

Donc avec cette commande passée mardi soir, j'ai été livrée vendredi matin. Le montage a eu lieu vendredi soir, j'ai échangé l'aide de mon Arbiter contre la nuit juste après pour l'essayer. C'était épique, je pensais naïvement que ce serait plus facile. On y a passé presque quatre heures, mais on été récompensés par une super-nuit.

Je précise au passage que je suis candide et inexpérimentée, et que j'ai du mal à imaginer uen autre utilisation d'un lit que dormir, donc quand je parle dans le paragraphe précédent d'« essayer le lit », il ne s'agit que de dormir dessus. N'allez pas imaginer des cochonneries, hein.

Heureusement que nous étions tous les deux tellement fatigués que nous sommes devenus complètement analphabètes, et que nous avons suivi le plan uniquement avec les images, sans remarquer les gros cadres qui disent d'une part que le matelas ne doit pas dépasser une certaine épaisseur limite, limite dépassée de cinq bons centimètres par le matelas ; et d'autre part que le lit doit être impérativement fixé au mur par deux vis (je n'ai même pas de quoi faire des trous). Et comme le plan a été rangé juste après la fin du montage, nous n'avons aucune réticence à monter sur ce lit malgré le viol de ces règles de sécurité.

Plus sérieusement, je pense que la hauteur du matelas, c'est juste pour que les barrières soient suffisamment hautes, mais je pense que les 12 cm qui dépassent suffisent, de toute façon je ne suis encore jamais tombée de mon lit 90, il n'y a pas de raison que j'aie besoin de ces barrières sur un lit 140. Je suis nettement moins rassurée par rapport à la fixation au mur, mais je ne vois pas du tout comment m'en sortir, donc je vais juste vivre dangereusement, advienne que pourra.

Au final, je suis vraiment très contente de cet investissement, le confort n'a effectivement rien à voir avec ce que j'avais avant. Je me croyais dans mon lit chez mes parents tellement j'aime ce nouveau lit, et pourtant je considérais le lit chez mes parents comme le meilleur lit que j'ai jamais essayé. D'ailleurs à tel point qu'en ouvrait un œil ce matin, j'ai cherché le réveil là où il est dans ma chambre chez mes parents, et en ne voyant que du noir ma première pensée a été : « zut, encore une saute de courant », avant de me souvenir que le réveil ici n'est pas de ce côté. Pareil lorsque j'ai entendu la voisine sortir de chez elle, j'ai vraiment cru que c'était ma sœur qui descendait (sa porte est au même endroit par rapport au lit, en plus).

Maintenant, il ne reste plus qu'à remettre en état le reste de l'appart', plein de cartons et de plastiques d'emballages, et d'en profiter pour vraiment réaménager ma natcave, maintenant je ne peux plus décemment procrastiner ça.

Publié le dimanche 7 octobre 2007 à 18:54.

Catégories : Lui Moi

Commentaires

1. Le dimanche 7 octobre 2007 à 21:50, par _FrnchFrgg_ :

Tu verras, un bon matelas, ça fait aussi des miracles pour la fatigue.

Parce qu'on ne s'en rend pas forcément compte mais c'est salement moins réparateur sur un lit moins bien...

Nous c'est un lit multispire multizones epeda série S, modèle "aubade".
Il n'existe plus il me semble, mais il coûtait 600€ à l'époque (en promo). Ça fait mal, mais pour un 160x200 qui est vraiment ferme comme il faut, et tout et tout, ça vaut le coup.

2. Le lundi 8 octobre 2007 à 1:41, par ralphy :

Bien dormir, c'est vital et essentiel pour une journée réussie. Lorsque j'avais investi dans mon tout premier lit doté d'un matelas milieu de gamme (moins haut de gamme que le tien, d'après les prix que tu indiques), je ne l'ai jamais regretté. Note que je ne suis pas très fan des ressorts, car ma propre expérience ne m'en a pas laissé de bons souvenirs. Quoi qu'il en soit, les bons matelas ne s'affaissent pas avec l'âge, et ils gardent leur tonicité et leur douceur de très longues années durant. D'ailleurs, quelque chose me dit que lorsque tu changeras de matelas, ce ne sera pas pour en prendre juste un tout neuf du fait de l'âge du précédent, mais plutôt pour passer en 160 cm de large, voire en deux matelas de 90 cm, car pour dormir à deux, 140 cm, à la longue, c'est un peu juste.

3. Le lundi 8 octobre 2007 à 11:27, par _FrnchFrgg_ :

Les matelas 180x200 sont trouvables maintenant. Et c'est nettement plus agréable que 2 fois 90

4. Le lundi 8 octobre 2007 à 22:32, par Ness :

Et mon lit, il était pas bien ? Hein ? Pourtant, j'ai un super matelas de chez Ikéa :)
Au début, je pensais prendre un 140, mais mon copain a gueulé, il a dit qu'il voulait minimum du 160, donc j'ai cédé ^^ C'est vrai que c'est tellement plus confortable !!!
En revanche, je te conseille vraiment de fixer le lit au mur. Mine de rien, ça peut éviter une catastrophe...

5. Le vendredi 12 octobre 2007 à 14:47, par Natacha :

_FrnchFrgg_, effectivement, je suis beaucoup moins fatiguée, et je dors beaucoup mieux. Mais est-ce que c'est dû au nouveau lit et/ou à l'arrêt des antidépresseurs, je ne m'avancerai pas à essayer de répondre.

ralphy, j'espère que ce matelas va durer longtemps, parce que ce n'est quand même pas le genre de somme que je pourrais sortir tous les ans. Quant à la question de la largeur, je n'ai pas encore l'impression d'avoir un jour besoin de plus, mais je suis encore très inexpérimentée dans le couchage à deux, et je ne sais pas du tout ce que je penserai dans l'avenir. Si on ne se perd pas de vue d'ici là, je te dirai pourquoi je changerai de matelas quand ça arrivera ;-)

Ness, je dois avouer en toute franchise que je n'ai pas de souvenir clair de ton lit, mais je dirai pour ma défense que je ne suis pas venue dans une période de ma vie très propice aux souvenirs et à la question du confort nocturne. Et comme dit, j'ai encore du mal à imaginer comment vingt centimètres de largeur supplémentaires peuvent faire une grosse différence de confort.

6. Le samedi 13 octobre 2007 à 12:23, par _FrnchFrgg_ :

Et tu avais du mal à imaginer comment changer de gamme dans des ressorts ensachés pouvait faire une grosse différence...

7. Le jeudi 18 octobre 2007 à 10:18, par Natacha :

En effet, le parallèle était volontaire. S'il n'y avait pas eu cette rupture de stock, je n'aurais même pas essayé la gamme au dessus et je serais restée sur mon bas de gamme, sans savoir ce que je perdais. De la même façon ici je vais rester sur le 140 sans connaître l'éventuel gain de confort du 160 ou du 180, et donc en étant satisfaite de mon 140.

Au passage, j'ai quand même encore du mal à croire que ce soit juste le nombre de ressorts qui est à l'origine de la différence de confort.

Copyright © 2007-2008 Natacha Kerensikova

Lithium Blog - commit dad867adc7a3fc6476990c37fcfa09685831b7d9 - Thursday 7 February 2008