Outliving the Entangled

Il paraît que la musique adoucit les mœurs. Je ne sais pas si c'est vraiment le cas, en tout cas certains titres sont très efficaces pour combattre des sentiments très sombres.

Alors, c'est grave docteur ?

Je veux chanter pour ceux
Qui sont loin de chez eux

Je vous ai déjà assez embêtés à brasser du vent égocentriquement à propos de ma dernière crise d'empathie, donc je ne vais pas m'étendre là dessus : j'ai fait une rechute. Au même endroit.

Et qui ont dans leurs yeux
Quelque chose qui fait mal
Qui fait mal

Ça démarrait comme une conversation classique, et puis le sujet est arrivé sur la table, j'ai été catapultée dans ce bain d'émotions que j'ai mis tant de temps à quitter vendredi. Après tout s'est enchaîné, et comme je n'ai aucune volonté, je n'ai pas pu résister à la tentation de retourner sur ce blog, histoire de me faire encore plus de mal.

Je veux chanter pour ceux
Qu'on oublie peu à peu

J'ai lu tout ce qu'il y avait à lire, donc ça au moins c'est fait, ça fait une tentation de moins. Il ne reste plus qu'à digérer le truc pour pouvoir reprendre une vie normale. Mais si un truc qui ne me concerne pas me touche tellement, je ne donne pas cher de ma peau le jour où ça m'arrive à moi.

Et qui gardent au fond d'eux
Quelque chose qui fait mal
Qui fait mal

Je me suis retrouvée ainsi avec une après-midi productivement nulle, à lutter contre les larmes, histoire de garder un minimum de décence. Et je voyais venir la soirée et la nuit remplies de larmes et vides de sommeil, comme la figure de proue du Titanic voyait venir l'iceberg.

Paroles : Michel Berger - Chanter pour ceux

Survivre aux empêtrés

Alors que j'étais en train de rentrer chez moi, en écoutant du Machinae Supremacy je sentais cette douleur progresser comme le tanto dans le ventre du Samouraï.

Et puis mon baladeur s'est mis à jouer un titre que je n'ai pas entendu depuis très longtemps (la magie des nombres pseudo-aléatoires) : Outliving the Entangled, titre que l'on pourrait grossièrement traduire par survivre aux empêtrés, ce qui ne veut pas dire grand chose.

Quand ça arrivait aux dernières secondes du titre, j'ai sorti le jouet pour appuyer sur le bouton pour recommencer du début. Et une fois arrivé pratiquement au bout, je l'ai remis. Comme ça, en boucle, cinq ou six fois de suite (j'ai perdu le compte).

C'est un morceau instrumental, que j'ai découvert il y a presque une demi-décennie, sur scene.org. Il s'agit d'un module, qui est un fichier de musique un peu particulier, parce qu'au lieu de stocker un pauv' son numérique, il contient des échantillons de divers instruments, et une sorte de partition qui dit quand jouer quelle note avec quel instrument. Pour ceux qui connaissent, c'est comme un fichier MIDI sauf que les échantillons sont livrés avec.

Il est en téléchargement libre sur scene.org et sur The Mod Archive. Donc comme c'est disponible gratuitement par là dans un format chelou, je me permets de vous mettre ici la version MP3 encodée par mes soins il y a bien des années. S'il y a le moindre souci de droits d'auteur, je l'enlèverai de suite.

J'adore toujours autant ce titre. Je crois que c'est mon morceau de musique préféré, tout type confondu, devant même Flagcarrier et Player One de Machinae Supremacy.

Hé ben après l'avoir écouté en boucle pendant quelques kilomètres, ça allait nettement mieux. C'est assez étrange comme sensation, je ne trouve pas de mots à mettre dessus. Mais c'était bon. Un peu comme revoir un bon ami qu'on n'a pas vu depuis très longtemps.

Et ensuite ?

Ensuite, j'ai commencé à me dire qu'il était temps de changer de titre, parce que c'est bien gentil, mais je l'ai tellement écouté que je le connais encore par cœur.

Et la douleur est revenue rapidement. Trop rapidement. J'ai été trop naïve, je n'avais gagné qu'une bataille, et la guerre avait une très sale tournure.

Une fois arrivée chez moi, j'ai essayé de m'occuper l'esprit sur le 'ternet (d'ailleurs Neotopia y est plutôt bien arrivé), mais ça n'allait pas mieux.

Et puis en jouant avec bookmarks, j'ai retrouvé une magnifique interprétation de Братья. Encore un titre sur lequel j'ai flashé à une époque mais qui n'est pas revenu à mes oreilles depuis longtemps. Et j'ai retrouvé ce petit quelque chose d'Outliving the Entangled (mais en moins fort, parce que forcément, après Outliving the Entangled c'est difficile de faire mieux (à mes yeux)).

J'ai passé tout le reste de la soirée dans ma collection de vieux morceaux de musique, à la recherche de coups de cœurs oubliés. Et je n'ai pas été déçue. En vrac :

  • Anthem for the year 2000, de Silverchair,
  • The Russians, de Sting,
  • Under the sun, de Korpiklaani,
  • The bards' song, de Blind Guardian,
  • Sour times, de Portished,
  • Mad about you, de Sting,
  • When the smoke is going down, de Scorpions,
  • Dona Dona, de Joan Baez

Si on compte que j'ai écouté chacun au moins trois fois (je me demande si j'ai pas taquiné pour Outliving the Entangled et Anthem for the year 2000), ça suffit pour occuper une bonne soirée.

Et en guise de bouquet final, le meilleur morceau de musique de l'univers et de tous les temps, et pour ne pas spoiler je ne vais que vous donner un extrait des paroles, à vous de deviner de quel titre il s'agit ;-)

Est-ce que ça veut dire remplacer le capital et les intérêts ? S'ils font un effort suffisant à Noël, ils pourront avoir [inaudible]

Maintenant la question à laquelle je n'ose pas risquer une réponse : est-ce que ce remède contre des idées noires qui ne sont pas à moi suffira pour que je passe une bonne nuit, ou est-que mon oreiller va encore se faire arroser ? Réponse demain...

Publié le mardi 8 janvier 2008 à 0:00.

Dernière modification le jeudi 10 janvier 2008 à 14:15.

Catégorie : Moi

Poster un commentaire

Navigation

Copyright © 2007-2008 Natacha Kerensikova

Lithium Blog - commit dad867adc7a3fc6476990c37fcfa09685831b7d9 - Thursday 7 February 2008