Perdues dans la forêt

Depuis lundi dernier, je suis en vacances chez mes parents, dans une jolie petite ville de Moselle, où il n'est pas possible de tourner la tête sans voir de la végéation. Bref, Tout ce vert mais pour de vrai. Quelle idée d'aller se promener dans la forêt aussi...

Mercredi après-midi, après le thé, j'ai pu décrocher ma sœur des animés et profiter d'une promenade avec elle. On avait prévu un truc gentil, genre faire le tour de la ville. Donc on tourne gentilment, et puis à un moment devant le cimetière militaire, on a mal tourné (à droite).

On aurait dû se douter de quelque chose lorsqu'au lieu d'avoir une route goudronnée avec des troittoirs et tout, on s'est retrouvées sur un chemin de terre, mais la transition était douce, d'abord les trottoirs qui disparaissent au profit d'une zone d'herbe sur le côté de la route, et ensuite de plus en plus de graviers sur la route, ensuite le goudron remplacé par juste des graviers, et ensuite de moins en moins de graviers pour n'être plus qu'une route de terre.

On a continué, en se disant que c'est un peu glauque, mais bon, on n'allait quand même pas faire demi-tour, on a notre honneur, quoi. Donc on continue en essayant de s'orienter vers la ville, donc en tournant à gauche à chaque bifurcation. Et puis à un moment la bifurcation à gauche mène à un chemin qui s'arrête dans une clairière fauchée. Comme le chemin s'arrête, on ne pouvait décemment pas continuer, mais comme on n'allait quand même pas faire demi-tour, on a pris l'autre branche, qui s'enfonçait sérieusement dans la forêt. Le chemin est devenu de plus en plus étroit, et au lieu de ressembler à un chemin de terre, ce n'était plus qu'un sentier dans la forêt de résineux.

Dans cette forêt on arrive encore à une fourche et on hésite. À droite ça monte méchamment, mais peut-être que d'en haut on peut avoir une meilleure idée d'où on est ; à gauche ça continue avec des arbres à perte de vue. Comme ma sœur avait des chaussures bien de ville, et qu'avec les pluies récentes le sol était plutôt boueux, elle n'est pas allée loin dans la montée, mais avec mes chaussures quasi-neuves de « rendonnée gentille » (ou quelque chose comme ça, j'ai oublié l'indication du Go Sport) j'y suis allée, pour voir. Tout ce que j'ai vu c'était une clotûre électrique autour d'un champ avant le sommet, donc pas moyen de voir quoi que ce soit.

La déscente était assez épique, et donc finalement on a continué sur du plat, parce que les notions de géographie locale de ma sœur lui disaient que ce n'est pas un bon plan de monter (la ville est dans une « cuvette », donc si on monte on s'éloigne du but) et on commençait un peu à fatiguer. Donc on a continué dans ce sentier, en croisant un chevreuil (ou un truc qui y ressemble plus ou moins, pas facile à reconnaître de loin et avec le soleil en train de se faire la malle).

Finalement ce chemin s'est mis à longer une clairière fauchée, alors ma sœur a voulu aller là dedans pour voir un peu plus loin que les arbres juste devant nous. Y avait encore des arbres tout partout à l'horizon, avec aucune trace de ville dans les parages, mais il y avait un chemin de terre qui partait de cette clairière, et qui avait l'air beaucoup plus civilisé que le sentier forestier. Donc on part par là.

Évidemment, c'était la même clairière fauchée qu'avant, mais on ne s'en est rendues compte qu'en arrivant à la fourche... voilà ce qui arrive quand on tourne trop à gauche. Au moins l'honneur était sauf, pas de demi-tour, et on n'était plus perdues.

Nous sommes arrivées à la maison deux heures après le départ, et comme on ne s'étaient jamais arrêtées, ça doit faire un joli paquet de kilomètres. En arrivant, on a trouvé la famille en train de manger, donc on s'est directement attablées.

Publié le vendredi 10 août 2007 à 14:26.

Catégorie : Vacances

Commentaires

1. Le vendredi 10 août 2007 à 16:09, par FrnchFrgg :

Héhé. L'honneur a ses raisons que la géographie ne pigera jamais :]

2. Le vendredi 10 août 2007 à 22:45, par Lani Katan (J9KzsuIjXcaS6pEPfExd) :

et bé ca en fait du vert :p bon le principal c'est que tu est toujours la pour remplir ce blog héhé ++

3. Le vendredi 10 août 2007 à 22:46, par Lani Katan (J9KzsuIjXcaS6pEPfExd) :

et bé ca en fait du vert :p bon le principal c'est que tu SOIT toujours la pour remplir ce blog héhé ++

4. Le samedi 11 août 2007 à 12:18, par Natacha :

Heu... alors en ce qui me concerne, j'aurais plutôt écrit : « ... c'est que tu es toujours là ... », parce qu'il s'agit d'une certitude. Mais j'avoue que j'ai encore doute, le subjonctif ne sonne pas si mal, mais dans ce cas ce serait sois, parce que bon, on est quand même à la deuxième personne du singulier.

Cela étant, je ne me permets de faire cette remarque uniquement parce que tu as essayé de corriger, je suis dans l'ensemble assez tolérente envers les fautes des autres. Et mes articles dans ce blog sont probablement aussi bourrés de fautes, parce qu'ils ne sont même pas relus avant d'être publiés, donc je suis mal placée pour donner des leçons.

Mais quand même, ce doute me travaille... Ness, si tu nous lis, pourrais-tu trancher entre indicatif et subjonctif ?

5. Le samedi 11 août 2007 à 18:21, par Ness :

Subjonctif, sans hésitation ^^

6. Le samedi 11 août 2007 à 18:32, par Lani Katan (J9KzsuIjXcaS6pEPfExd) :

rooo *se cache*

7. Le samedi 11 août 2007 à 22:03, par FrnchFrgg :

Hé moi je suis d'accord avec Nat. "sois" c'est si on espère que tu es bien rentrée; "es" c'est si on est sûr. Alors à moins que tu aies un N800 et que tu aies trouvé un hotspot dans la forêt, c'est "es".

8. Le dimanche 12 août 2007 à 18:02, par Ness :

Désolée, FrnchFrgg, mais c'est bien le subjonctif. C'est une construction grammaticale exigeant le subjonctif, quel que soit le sens que tu veux lui donner.
Regarde avec un autre verbe : "Le principal, c'est que tu le saches" et non pas "le principal, c'est que tu le sais".

9. Le dimanche 12 août 2007 à 20:52, par Natacha :

Je trouve que ça sonne mieux avec le subjectif, mais j'ai perdu toute foi dans mon oreille pour la question indicatif vs subjonctif depuis que je me suis rendue compte que je trouve qu'« après que » sonne mieux avec du subjonctif derrière.

Un jour je vais craquer et je vais m'acheter un Grevisse.

10. Le dimanche 12 août 2007 à 22:06, par Ness :

Ateends un peu, la nouvelle édition sort en septembre (je suis au courant, car je veux justement m'en acheter un...).
Prépare-toi et économise, parce qu'il coûte plus de 80€.

Copyright © 2007-2008 Natacha Kerensikova

Lithium Blog - commit dad867adc7a3fc6476990c37fcfa09685831b7d9 - Thursday 7 February 2008