Vacances à mi-temps

D'aucuns auront peut-être remarqué que je n'ai pas été très présente en ligne la semaine dernière. J'ai passé des vacances en Suisse, chez Ness.

Ces vacances ont été organisées à la va-vite, en une semaine, et le tourbillon des préparatifs administratifs et logistiques dans cette période moralement difficile ne m'a pas vraiment donné l'occasion de vous prévenir. Je vous présente toutes mes excuses.

Mardi dernier, après avoir assisté à une réunion de labo' avec l'apathie traditionnelle de ces moments là, j'ai sauté dans un TGV qui partait vers Genève.

Le passage à la douane a été plutôt épique, avec ma carte d'identité périmée, mon lourd bégayement et mon air à la je-comprends-rien-à-la-vie. Genre « Mettez-vous sur le côté et essayez de vous souvenir où vous allez. » En même temps ça faisait plus de dix ans que je n'avais pas passé de frontière, et mes seuls passages de frontière avaient été faits dans des voyages scolaires, où le rapport à la douane est subtilement différent.

J'ai quand même pu passer et rencontrer enfin en chair et en os l'auteur des Enfants de l'Ô, l'histoire qui m'a le plus touchée dans toute mon existence, avec Antigone de Jean Anouilh. Et j'ai même pas pensé à demander un autographe...

S'en est suivi un formidable séjour dans un décor magnifique (en même temps par rapport à Paris, c'est pas difficile) avec des gens très sympathiques (quoique peu nombreux, mais je préfère la qualité à la quantité).

Ness a ainsi été propulsée au rang de meilleure amie. D'accord, il n'y a pas vraiment une concurrence terrible, mais quand même. On a tellement de similitudes que je la plaindrais presque. Et du coup, elle a eu le rare privilège de voir une Nat pas en noir.

Nat à Genève Elle m'a fait visiter Genève, avec son jet d'eau (photo ci-contre), son horloge fleurie et son centre commercial ; et Nyon, avec de superbes vues, même si je n'étais pas vraiment dans un état super-réceptif ce jour là. On a aussi fêté son anniversaire et fait les soldes (ou plutôt, elle a fait les soldes et moi j'ai appris à lutter contre l'agoraphobie). Elle m'a également fait découvrir Quasimodo d'El Paris et the Ring, ainsi que les mots « fourre » et « natel ». Et contrairement à ce qu'elle peut penser, les repas étaient très bien, mais en même temps elle n'a jamais mangé chez moi...

Ce n'est pas sans un certain déchirement que ces vacances se sont terminées dimanche après-midi par des adieux devant la douane. Et ce n'est pas non plus sans une certaine mélancolie que j'ai retrouvé ce matin ma routine parisienne.

Mais évidemment, rien dans ce monde n'est parfait ou complètement merveilleux. Il y a toujours un revers, une ombre au tableau. L'ombre de ces vacances était annoncée dans le titre : pendant à peu près la moitié de ces vacances j'étais complètement paralysée par la dépression, incapable d'apprécier quoi que ce soit ou de me motiver pour quoi que ce soit, bref un vrai boulet à trainer. Et c'était encore empiré par la culpabilité d'avoir gaspillé une partie du peu de temps que j'avais là-bas.

Mille mercis encore à Ness de m'avoir accueillie et supportée, ainsi que pour tout le reste qu'elle a fait pour moi.

Publié le lundi 16 juillet 2007 à 16:43.

Catégorie(s) : Moi

Copyright © 2007-2008 Natacha Kerensikova